Prévention canine à l’école maternelle

//Prévention canine à l’école maternelle

Prévention canine à l’école maternelle

Lundi 27 novembre, les écoliers de l’école maternelle Jean Ferrat à St-Benoît-de-Carmaux recevaient la visite de Marion et de son chien Sanka, de l’association Animal Câlin.

Objectif de cette visite sympathique et pédagogique : «Apprendre aux enfants à décoder le langage de nos amis les chiens et apprendre les bons gestes pour aborder un chien, comment l’approcher et/ou le caresser sans risque», explique Dominique Portal, coordinatrice de l’association.

Autour de Sanka, 15 écoliers écoutent attentivement les consignes de Marion, psychologue et bénévole à l’association.

Au programme, faire la connaissance de Sanka, un mélange de border-collie/terre-neuve/labrador, âgé de 7 mois, l’œil frétillant et malicieux, très vite adopté par les enfants : «Le programme Peccram (Programme d’Education à la Connaissance du Chien et au Risque d’Accident par Morsure) se déroule sur 12 séances de 3/4 d’heure, à raison d’une séance par semaine», précise Dominique.

A l’école de St-Benoît (maternelle et primaire), Rachid Touzani, directeur du centre de loisirs, est à l’origine de ce projet éducatif, ludique et citoyen : «Les enfants croisent régulièrement des chiens et dans la grande majorité des cas ne savent pas comment les aborder. Après cette opération pédagogique et préventive, ils pourront transmettre le message et les bons gestes à leurs copains et en parler avec leurs parents».

Sous la houlette de Marion, Sanka fait le tour des enfants, sagement assis en cercle à même le sol, le contact entre les écoliers et le gentil canidé se passe très bien et les gestes des enfants se font doux et câlins : «Le chien est un des animaux de compagnie préférés (plus de 7 millions en France), les enfants représentent donc la population la plus exposée aux blessures par morsures, souvent parce qu’ils ne savent pas comment faire avec le chien», rappelle Dominique Portal.

Selon les conclusions de certains congrès scientifiques, sans éducation spécifique au langage canin, 50 à 65 % des enfants de 3 à 5 ans ne savent pas distinguer un chien stressé d’un chien heureux. Avec une éducation appropriée, ce pourcentage tombe à 17 %.

Article La Dépêche 08/12/2017 AnimalCâlin : www.animalcalin.fr contact@animalcalin.fr 06.37.28.33.04

By | 2017-12-08T08:32:18+00:00 décembre 8th, 2017|Actualités|0 Comments

About the Author: